Sélectionner une page
Communiqué de Julie APRICENA, Référente Départementale Génération Nation du CHER
Quel est le point commun entre des individus au casier judiciaire chargé, des fichés S et des étrangers en situation irrégulière ?
Toutes ces personnes peuvent librement exercer dans la sécurité privée, sans le moindre souci.
En effet, mercredi 7 février 2018 la Cour des comptes a rendu public un rapport concernant le secteur de la sécurité privée, le constat est alarmant.
C’est ainsi que nous apprenons que les agents d’une grande gare parisienne sont en situation irrégulière.
D’autres ont été condamnés pour violences conjugales, outrage envers les forces de l’ordre, escroquerie, abus de confiance et se voient attribuer des autorisations de travailler dans la sécurité par l’Etat, vraisemblablement incapable de réguler cette profession.
Mais il y a pire. Rappelez-vous, lors de l’Euro 2016 de footbal, nous apprenons par le biais de la presse que des dizaines de « fichées S » étaient chargés de sécuriser les fan-zone.
Quand l’État décidera-t-il vraiment de prendre au sérieux la sécurité des Français ? Attendra-t-il qu’un agent fiché S ouvre la porte à « ses amis » lors d’un événement festif pour enfin agir ?
Comment peut-on accepter en France que des personnes susceptibles de porter atteinte à la sûreté de l’État puissent gérer la sécurité de nos compatriotes ?
Il est urgent que soient mises en place des choses simples et de bon sens.
Le Front National propose, d’une part, l’expulsion des étrangers en situation irrégulière et, d’autre part, que les délinquants et les fichés S soient écartés des métiers de la sécurité et que leurs cartes professionnelles leurs soient retirées.
Ces mesures permettront, dans un même temps, de valoriser le travail des personnes travaillant dans cette branche qui – eux – sont exemplaires.